En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Prix Jean Renoir des lycéens

CRITIQUE N°3- MOI, DANIEL BLAKE

Par ANAIS HANSE, publié le lundi 27 mars 2017 15:35 - Mis à jour le mardi 20 juin 2017 09:47
667d036d-8700-460d-8fb6-44d5b3f91904.jpg
Clara vous donne son avis sur le dernier film de Ken Loch.

RESUME :

Après une grave attaque cardiaque, Daniel Blake, menuisier de 54 ans, est retenu de  travailler par son médecin. Il est à la recherche d'un emploi sous peine d'être privé de ses droits. Ayant des rendez-vous réguliers au "job center", Daniel  croisera la route de Kathie, mère célibataire de deux enfants qui à été contrainte d'accepter un logement à 450 km de sa ville natale pour ne pas être placée en foyer d'accueil. Daniel et Kathie vont alors tenter de s'entraider.

CRITIQUE :

 Dans ce film, plusieurs scènes sont très choquantes.  Comme celle où Kathie se rend chez une association pour des familles en difficultés. Pendant que la femme s'occupe de lui remplir son sac de nourriture, Kathie, derrière le dos de celle-ci s'empresse d'ouvrir une boîte de nourriture, et  la mange à la main. Lorsque la femme se retourna, Kathie fond en larme, et la honte l'envahit. Ainsi que la scène chez l'épicerie, où Kathie se mit à voler. Et pour finir, Kathie se prostitue, pour pouvoir acheter une nouvelle paire de chaussures à sa fille, qui subit des moqueries à l'école. Nous pouvons voir dans son comportement, que celle-ci est désespérée et sombre dans l'avilissement. Kathie vit dans une totale précarité. Elle a un toit  mais, c’est tout. Cette pauvre femme fait des choses qu’elle ne ferait pas en temps habituel. Et n’importe qui pourrait faire comme ellle dans une telle situation. Est-il normal que dans un pays occidental comme la Grande Bretagne, une femme en arrive à agir de la sorte ? Pourquoi en est-on arrivé là ? Qu’est-ce qui dysfonctionne dans notre système de « pays riche » ? La dernière scène du film est très marquante et va déclencher un évènement, une sorte de « révolte » des gens de la ville. Daniel, plein de rage et révolté, écrit sur le mur de la sécurité sociale.  Celui-ci attire beaucoup de personnes, ayant les mêmes opinions. Beaucoup de gens se retrouvent dans la précarité. Pas totalement à la rue, mais exerçant plusieurs emplois mal rémunérés. Ils ne sont plus comptabilisés comme chômeurs…c’est le vice du système actuel. Nombreux sont les gens à avoir des problèmes. Daniel est un personnage avec un grand coeur, celui-ci préfère vendre quelques meubles de sa maison, pour récolter de l'argent pour Kathie et ses deux enfants. Ce film est une leçon de la vie, aujourd'hui, en 2016, la société est malheureusement, souvent  injuste. Beaucoup de familles sont victimes des mêmes problèmes ; crise financière, chômage en hausse, éducation des jeunes ados laissée à l’abandon, départ à la retraite non remplacée… Car la société, n’écoute pas ceux qui la composent. Elle broie les gens comme D.Blake, Telle une machine. Sans états d’âme…remettre les gens au cœur du système. C’est cela qui permettra d’éviter des tragédies comme dans le film de Ken Loach.

Clara.P de la 1COM d’Avrillé

Pièces jointes