En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Prix Jean Renoir des lycéens

CRITIQUE N°4 - SONITA

Par ANAIS HANSE, publié le lundi 27 mars 2017 15:41 - Mis à jour le mardi 20 juin 2017 09:48
17eca445-8787-4422-a80f-48fa9abd3155.jpg
Andrew, Édouard, Théo et Johnny ont aimé ce film. Ils vous expliquent pourquoi.

RESUME :

Sonita est une jeune fille sans papiers qui vient tout droit d’Afghanistan. Elle vit en Iran avec sa sœur et sa nièce. Elles sont dans un logement qu’elles ne peuvent plus payer. Sonita se trouve dans un centre servant d’école avec d’autres enfants de la rue. Dans son école, les filles de son âge et de provenance de son pays sont vendues par leurs familles contre de l’argent à des hommes pour des mariages par « tradition ».

Sonita elle, rêve de devenir Rappeuse. Elle fait plusieurs studios pour essayer d’enregistrer un titre mais cela ne marche pas.

À un moment dans le film, elle décide d’appeler sa mère pour lui dire de venir la voir car elle lui manque. Celle-ci arrive aussitôt. Elles fêtent les retrouvailles avec joie mais cela ne va pas durer. Sa mère lui annonce qu’elle va la vendre à un homme pour que son frère puisse à son tour payer son mariage. Sonita refuse de se « faire vendre ». Sa mère lui dit qu’elle aussi dans son enfance a été forcée de se marier très jeune.

Elle n’a donc aucun soutien de sa famille pour réaliser son rêve qui lui tient tant à cœur. Seule la directrice de son école et la réalisatrice du film sont émues de son sort. La cinéaste  intervient directement dans le film en payant 2000$ pour que sa mère reparte sans sa fille et qu’elle lui laisse six mois de délai supplémentaire avant de revenir.

Pendant ces six mois,  Sonita finit enfin à enregistrer et diffuser son premier clip sur YouTube, grâce à l’aide de la réalisatrice et de l’équipe de tournage.

Son clip « fait le buzz » sur YouTube. Elle reçoit alors une proposition d’une Américaine pour intégrer une grande école de musique en Amérique. Seul problème, Sonita n’a pas de passeport et n’a aucun document officiel sur elle. Elle doit donc retourner dans sa ville natale pour aller le chercher. Une fois son passeport en main, elle part directement pour l’Amérique sans prévenir directement sa mère…

CRITIQUE :

Par quoi commencer ? Ce film est riche en informations, il dénonce plein de choses.

Dans le film, Sonita rêve de devenir rappeuse, mais cela n’est pas si simple. De là où elle se trouve, les femmes ne peuvent pas devenir rappeuse ou chanteuse. Et puis il y a sa mère, qui lui réserve un tout autre destin : celui d’être mariée de force et vendue pour la somme de 9000 dollars. Elle, qui rêve de devenir une rappeuse célèbre depuis toujours, ne compte pas se laisser faire.

La directrice de l’école s’entretient avec la mère de Sonita pour tenter de la convaincre de laisser sa fille là où elle est en lui disant que si elle repartait dans son pays, cela la détruirait sûrement, car elle avait déjà été traumatiser lors du premier voyage pour venir en Afghanistan.

La réalisatrice était là pour faire un documentaire. Elle se retrouve directement impliquée dans le film. Pourtant, elle fait part de son impossibilité à l’aider. Mais comment rester de marbre devant une telle situation ? L’équipe du tournage va donc jusqu'à payer. Est-ce normal ? Est-ce « moral » ? Une question éthique se pose.

      Sonita aurait-elle été vendue pour un mariage afin de permettre à son frère de payer le sien ? Aurait-elle été privée de la réussite de son talent ? Tout cela est-il réel ? Les manipulations existent dans le monde du cinéma comme dans le reste de la société.

      Restons sur une note positive : grâce à la grande détermination de Sonita et à l’aide de la réalisatrice, elle arrive à faire son premier clip qui dénonce le mariage forcé des femmes et la violence qu’elles subissent.

        Nous avons tous bien aimé ce film. Les scènes de ce film sont très touchantes, quand Sonita réussi à la fin, on est tous content pour elle car elle le mérite.

GASCOIN Andrew – BONTEMPS Edouard – HARDOUIN Théo – SAARTAVE Johnny

Pièces jointes